Projet ALEF/USAID

Chers Collègues et Amis d’ALEF :

Projet ALEF/USAID C’est avec un mélange de fierté et de nostalgie que je vous adresse, toutes et tous, mes sentiments de gratitude et d’admiration les plus sincères maintenant que nous arrivons ensemble à la fin du Projet ALEF de l’USAID. Je ressens de la nostalgie parce que ce Projet, qui représente en plus d’une initiative technique importante un cumul de relations personnelles très riches et enrichissantes, est arrivé à sa fin. Ma fierté émane du fait d’avoir pu participer à une franche collaboration depuis 2005 avec des individus du plus haut calibre, professionnel et personnel, pour élaborer, tester, valider et finaliser un ensemble de modèles et méthodes techniques qui vont dorénavant contribuer significativement à l’amélioration de la qualité et de la pertinence (car, Il n’y a pas de qualité sans pertinence !) de l’éducation, de la formation professionnelle agricole et de l’alphabétisation au Maroc.

Notamment, je parle de mes collègues immédiats et les consultants au sein du Projet ALEF/USAID, des responsables et cadres aux niveaux provincial, régional et central, des directeurs, enseignants et formateurs dans les établissements, des élèves, étudiants et stagiaires, des inspecteurs, conseillers, superviseurs et encadrants, des acteurs de la société civile et du monde professionnel, des prestataires de services, de l’USAID et des partenaires d’autres initiatives nationales et internationales. Je vous assure que les réussites qu’a connues le Projet ALEF sont dues entièrement à vos efforts conjugués et respectifs, ce qui me donne toute la confiance du monde que le Projet va continuer de fleurir, et de s’ étendre vers d’autres acteurs, établissements et régions, pour mieux évoluer. Comme je l’ai toujours dit, « ALEF, c’est vous » ! Il est devenu ce que vous avez voulu et œuvré qu’il soit, et il deviendra ce que vous jugez mieux d’en faire ; et je continuerai à prendre grand intérêt à suivre cette évolution.

Arrivé à la fin de ce Projet, je suis profondément touché par combien une personne peut apprendre et être transformée pour le mieux par le contact ouvert et collaboratif avec ses pairs. Cela a été le sens derrière l’idée de l’APAR (Atelier de partage, d’approfondissement et de régulation) – « la pierre angulaire » du Projet ALEF – et de son homologue dans la formation professionnelle, le Réseau de compétence. Fidèle au dicton que « deux têtes valent mieux qu’une seule », ces mécanismes libèrent les enseignants et professeurs de leur état de naufragés, isolés dans leur classe avec leurs idées, leurs pratiques, leurs problèmes et leurs solutions solitaires, pour leur permettre d’échanger avec des collègues en vue de trouver ensemble de meilleures solutions, individuelles et collectives. C’est cette dynamique qui a été à la source de tous les modèles et méthodes produits et validés dans le cadre du Projet.

C’est aussi cette dynamique de collaboration qui m’a permis personnellement d’apprendre et d’être transformé par mon passage au Maroc, autant à titre professionnel que personnel. Grâce à vous, mes collègues, j’ai pu mieux comprendre les questions qu’il fallait poser pour cibler l’amélioration du système éducatif et de la formation, mieux saisir comment et à qui poser ces questions et, enfin, mieux appréhender la gamme de solutions pratiques permettant d’aboutir à une amélioration des programmes, des pratiques et des résultats. Vous avez été mes professeurs aussi bien que mes collaborateurs et amis, et j’en serai éternellement reconnaissant.

Si j’ai un dernier message à communiquer concernant cette belle aventure de cinq ans au Maroc, c’est que la qualité de l’éducation et de la formation est fort possible dans le pays. On peut partout en trouver des preuves. .Le principal défi qui se pose, alors, est de capitaliser les grandes compétences des milliers d’acteurs du système pour que les cas d’excellence ne soient plus l’exception mais deviennent la norme. Pour ce faire, le système doit chercher les solutions aux problèmes chez les « premiers acteurs », qui sont les enseignants, les directeurs, les parents, les inspecteurs et les élèves. Ce sont eux qui comprennent le mieux les problèmes et les conditions immédiates de l’enseignement et de la formation ; ainsi, ce sont eux qui sont les mieux placés pour identifier et mettre en oeuvre les solutions. C’est l’approche que le Projet ALEF a employée, et ce sont les résultats d’ALEF qui révèlent son efficacité.

Donc, encore une fois, je remercie du fond de mon cœur tous celles et ceux qui ont contribué à l’expérience et aux résultats d’ALEF. Vous avez, en conséquence, contribué aussi au renforcement du système d’éducation et de formation au Maroc. Cela a été mon plus grand honneur et plaisir de vous avoir accompagné dans cette expérience.

D’autres articles sur le projet USAID/ALEF :

Pour en savoir plus sur le projet ALEF/USAID, visitez : www.alef.ma.

Pour découvrir les ressources multimédia développées par le Projet, visitez l’espace Ressources Partenaires de Tarbiya.ma.

À propos tarbiyamaroc

Vérifiez aussi

Didactis, 1er salon des équipements didactiques et pédagogiques

Didactis, 1er salon des équipements didactiques et pédagogiques

La première édition de DidacTis, le Salon des Equipements Didactiques et Pédagogiques aura lieu du 23 …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.